Mr & Mrs Smith

Mr & Mrs SmithMais que peut-on donc trouver de si exceptionnel à ce « Mr. & Mrs. Smith » ? Il n’est pas vain de se poser la question vu les critiques dithyrambiques pondues ça et là sur le film. Pourtant le résultat final frôle l’indigestion. Brad Pitt et Angelina Jolie en font des tonnes et la mise en scène démonstrative de Doug Liman n’arrange rien à la chose. Parfois marrant mais toujours vain, ce qui devait être un blockbuster de plus devient une nouvelle déception dans cet été bien maussade côté divertissement cinéphile.

Déjà le pitch du film sent le réchauffé. Ce couple bien sous tout rapport qui ne sait pas que l’autre est un tueur à gages, ça fleure bon le quiproquo vu et revu. Et évidemment on n’échappe à aucun poncif. Les flingues dissimulés, le travail bidon, les petites (ou plus grosses) cachotteries, la villa de banlieue proprette, constituent le quotidien des Smith, dont même le nom n’échappe pas à la banalité apparente. Jusqu’au jour où nos époux qui ne partagent plus rien (sauf le repas du soir et le lit conjugal) découvrent le pot aux roses.

Evidemment par la suite, tout n’est plus qu’explosion en pagaille suivant l’éternel fil conducteur de la comédie sentimentale basique. Le morne quotidien – la découverte de l’identité cachée de l’autre – la confrontation – la réconciliation – le dézinguage de méchants en couple. Malheureusement, non seulement le film ne dévie pas d’un iota de cette trame hyper prévisible mais en plus sa mise en image est franchement plate. Si la scène de l’autoroute est plutôt sympa, les parties dialoguées sont presque toujours d’une platitude extrême. Et ce n’est pas le jeu anémique des nos deux guest stars qui vient sauver la mise. Pour finir Doug Liman s’embourbe complètement dans son final notamment lors de la scène dans le grand magasin, complètement foirée à cause d’un montage cut indigeste.

Si vous ajoutez à ceci une impression de cool attitude assez lourde et un aspect pété de thunes, le film prend carrément des allures de foutage de gueule intégral. On décoche bien un sourire ou deux mais franchement le résultat est navrant. Peu inspirée et vite emballée, cette nouvelle réalisation de Doug Liman ne rehausse pas l’avis négatif que l’on se faisait de ce réalisateur faisant parti des « yes-man » dont Hollywood ne peut plus se passer. Bon allez, envoyez la suite…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s